Intérim’ère

50 ans que l’aventure dure. Et ça continue ! Après Alain Casenave, le fondateur, ses enfants Julien et Delphine ont pris les commandes de BPS Intérim. Frère et sœur continuent de développer, avec réussite, une entreprise qui compte 17 agences.

En 1974, depuis la cabane au fond du jardin de la maison maternelle à Monein, Alain Casenave ne devait pas imaginer le succès et la longévité de son « bébé », BPS Intérim. Cinquante ans plus tard, la réalité a dépassé
la fiction : l’entreprise s’est fait une vraie place dans un secteur très concurrentiel, avec 17 agences réparties principalement dans le Sud-Ouest.
« Même s’il était entrepreneur, il n’avait pas de velléités à ouvrir d’autres sites au départ. », explique son fils Julien. « Son papa, notre grand-père à Delphine et moi, était ouvrier et sa maman tenait
le café Baillères à Monein. Petit à petit, parce qu’il avait l’envie et la fibre, ceux qui influaient sur le bassin de Lacq à l’époque l’ont pris sous leurs ailes et ont commencé à le faire travailler… Il s’est donc développé sur le bassin de Lacq puis, pour trouver de nouveaux relais quand l’activité sur Lacq était moins forte, il a commencé à ouvrir d’autres agences. »
Julien a pris la suite de son père, avec sa sœur Delphine. Au départ, les deux enfants ne se destinaient pas à reprendre la société familiale. Puis, l’évidence est apparue. « On a baigné dedans depuis tout petit », raconte Delphine avec le sourire. « Mine de rien, on était imprégnés de BPS. Maintenant, notre papa ne nous a pas collés la pression. On l’a véritablement vécu comme un relais de flambeau avec une entreprise qui a de vraies valeurs, avec des équipes qui avaient envie d’avancer. »

 

La spécialisation, clé de voûte

Un flambeau dont il faut prendre soin. Mais comment se démarquer quand le marché de l’intérim est trusté par dix groupes qui prennent 90 % du marché ?
« En ayant une vision à long terme parce qu’on souhaite encore exister dans 50 ans ! » répond sans sourcilier Julien Casenave.

Pour exister, BPS a pris le parti d’aller chercher des domaines d’activité précis : électricité, plomberie, bâtiment, forage, agroalimentaire… Capable aussi bien de travailler avec des PME que des grands groupes via des accords-cadres nationaux.
« Cela permet de créer une communauté et de réunir un vivier de compétences pour nos clients.
Par exemple, on a ouvert la filière Très Haute Tension (THT) pour réaliser la maintenance sur les lignes électriques THT. C’est la haute couture des intérimaires », se félicite Delphine Casenave.

BPS Intérim est même devenue numéro 1 français dans les métiers des fondations spéciales (Travaux de soutènement, excavation, et consolidation de sol, infrastructures routières, tunnels…) puisqu’ils viennent d’intégrer le groupe leader en la matière, le Lyonnais Puget intérim comptant près de 200 compagnons reconnus.

 

L’humain avant tout

Au-delà de la spécialisation, quand on discute avec Julien et Delphine Casenave, l’humain ressort immédiatement. Une valeur sur laquelle leur père Alain a posé les fondations de BPS Intérim. Une valeur sur laquelle le duo s’appuie constamment : « notre mission est simple : faire grandir l’Homme et l’Entreprise en les rapprochant », résume Julien. « On va aller chercher le meilleur candidat pour l’entreprise, mais aussi la meilleure entreprise pour le candidat. Notre objectif, c’est d’être à l’initiative d’histoires longues pour déboucher potentiellement vers un CDI. »

L’ancrage territorial participe également à la construction d’une relation de confiance car rien ne vaut la connaissance du terrain et des personnes. « Sur le bassin de Lacq, comme on a une réelle ancienneté, nos intérimaires de l’époque sont aujourd’hui nos clients. On les a accompagnés tout au long de leur carrière et aujourd’hui, ce sont eux qui nous accompagnent. » BPS Intérim est un partenaire durable depuis un demi-siècle. Et on se prend à rêver qu’ils le seront encore dans 50 ans.

Partager :

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Actualités

La peau de saumon utilisée dans la mode et l’ameublement

Recycler la peau de saumon en cuir de luxe, Jean-Marc Casteigt a l'idée depuis 25 ans. Après de nombreux tests et appels pour arriver à tanner écologiquement la peau sans chrome, le maître artisan saurisseur palois s'est ouvert de nouvelles perspectives avec son...

En station, la saison estivale prend du poids

À chaque saison estivale, l'offre proposée par les stations de ski grandit avec des nouveautés pour attirer les visiteurs. Celles de Gourette et la Pierre Saint-Martin ne dérogent pas à la règle. « L'accent a notamment été mis sur une amélioration significative des...

Publier
une annonce

S’abonner