CNPC : A L’ECOLE DU SPORT

C’est la petite école qui monte. Depuis trente ans, le Béarn accueille un des rares centres de formation des métiers du sport en France.
Le 31 mai dernier, au moment de l’inauguration de l’antenne parisienne du CNPC, on fêtait autant l’installation parisienne de l’école partie de Lescar, que trente ans de succès pour ce centre de formation pas comme les autres.
Car c’est bien là que réside le succès de ce CNPC qui, depuis, a essaimé dans six antennes (Paris, Quimper, Mulhouse, Orléans, Grenoble et désormais Saint-Denis de la Réunion), gérées en direct comme pour Grenoble, ou déléguées sous forme de franchises à des CCI locales.

École de la deuxième chance

Que ce soit du côté des fabriquants français, comme des poids lourds de la distribution que sont Décathlon ou Intersport, les liens serrés avec les professionnels du milieu ont permis le développement de cette « école de commerce du sport ». Par des formations adaptées, il a aussi montré que quelques-uns de ses élèves pouvaient monter haut, comme en ont témoigné Bernard Crépel, directeur marketing « winter division de Quicksilver » ou David sondaz, directeur des ventes France pour Rossignol. Deux anciens du CNPC de Lescar, qui n’ont pas oublié d’où ils venaient. Car les diplômes n’y sont pas obligatoires, mais les carrières peuvent s’en trouver boostées. La formation des vendeurs est une obligation pour les grandes enseignes, qui ont déjà prévu des partenariats avec le CNPC, basé à LESCAR, pour les formations les plus approfondies.  

L’éventail des formations proposé par le CNPC s’est élargi en trente ans, pour arriver à 40 formations spécifiques aujourd’hui. Le chiffre qui fait la plus belle fierté des responsables du Centre national pour la commercialisation des articles de sport reste ces 92 % de taux de placement pour les diplômés (sur 85 % de taux de réussite) qui trouvent facilement un emploi à la sortie.
Ce sont aussi des formateurs du CNPC qui, avant chaque saison hivernale, préparent les « GO » des clubs Med des Alpes à accueillir les skieurs avides de neige fraîche.

Source : sudouest.fr

Partager :

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Actualités

Mayam, la solution basque idoine pour l’achat en vrac

D'ici 2030, les magasins devront avoir 20 % de leur surface de vente consacrée au vrac. Pour trouver la solution adéquate, il suffit de se tourner vers "Créaluz", la pépinière d'entreprises luzienne. Son nom : Mayam. La start-up a mis au point une application et un QR...

Fondo Ventures veut booster l’univers de la supply chain

Le 1er centre de formation français pour les start-up spécialisées dans la digitalisation de la chaîne d'approvisionnement : voici Fondo Ventures, lancé à Pau, début mai, par Mehdi Jabrane, Frédérique Haliche, Gontran Boizanté et Manon Bouly. Rappelons que le Palois...

Publier
une annonce

S’abonner