L’élan de la réussite

Un groupe Octime, éditeur de logiciel RH, aux croissances annuelles exceptionnelles, un hôtel et un restaurant à Biron : derrière ces activités, le nom de Guillaume Berbinau. L’entrepreneur s’est lancé un nouveau challenge depuis septembre 2023 : redresser l’Élan Béarnais. Parce qu’il aime ce territoire.

L’entrepreneuriat à 100%

« Entreprendre, c’est essayer » est la devise de Guillaume Berbinau. Sans baigner dans la métaphore sportive, dire que l’homme transforme souvent l’essai n’est pas vain. La réussite se lit d’abord à travers un nom : Octime. L’entreprise est un éditeur de logiciel, spécialisée dans les ressources humaines et la gestion des plannings. Le Centre Hospitalier de Pau, GrandOptical, Bouygues Telecom et le Groupe Barrière sont parmi les entreprises et institutions qui font confiance au groupe Octime.
Depuis son rachat en 2008 par Guillaume Berbinau, le chiffre d’affaires est passé de 4 à 36 millions d’euros. Les 50 millions sont visés d’ici 2026. Des données qui suscitent une vraie fierté. « On fait 18 % de croissance annuelle. Par les temps qui courent, c’est juste incroyable. Cela prouve qu’on a le bon produit au bon moment. »
Des filiales en Espagne, au Portugal, en Argentine : le groupe Octime rayonne désormais à l’international puisque 35 % du chiffre d’affaires vient de son activité hors de l’Hexagone. Biron et les communes avoisinantes en profitent par ricochet.

Pour un territoire

Car le siège social y est situé. Un campus américain, « à la sauce béarnaise » dixit Guillaume Berbinau, où près de 200 personnes travaillent dans un environnement arboré propre à l’épanouissement.
« Aujourd’hui, tout le monde a une place importante dans notre organisation. La force du collectif est de trouver la bonne voie pour notre entreprise. »

Un campus qui va encore s’agrandir. En effet, un nouveau bâtiment de près de 400 m2 sera livré en octobre prochain : il accueillera des bureaux et des salles de réunion. Ce projet s’accompagne d’une campagne de recrutement : 30 nouveaux collaborateurs vont intégrer les équipes du groupe.
Cette croissance, fruit de la réussite, vise à devenir un acteur européen de référence dans les ressources humaines. Mais ces choix sont toujours guidés par l’amour de Guillaume Berbinau pour le Sud-Ouest. Une partie de sa famille est originaire d’Hagetmau. Quand il a repris le groupe Octime, l’homme a vécu un retour aux sources. « Ce territoire est magnifique, composé de gens incroyables avec des talents partout. Il faut absolument le valoriser. Par l’entrepreneuriat, on peut magnifier tout cela. »

En 2020, l’Orthézien a commencé à diversifier ses activités en ce sens en lançant un hôtel et un restaurant, juste à côté des locaux du groupe Octime. « Il manquait un établissement pour dynamiser l’attractivité touristique locale. Je le fais essentiellement pour le territoire. »
Dans sa construction professionnelle, tout a un sens chez Guillaume Berbinau. Rien n’est un hasard. Comme la reprise de l’Élan Béarnais en septembre dernier. Un
symbole fort du terroir. « Quand le club était menacé de faillite, mon nom est ressorti parce que je suis orthézien et que l’Élan est né à Orthez. C’est un challenge différent mais cela reste de l’entrepreneuriat. »

Deux entités, une identité

De son propre aveu, le fan de sport n’y serait pas allé après l’échec des Américains. Mais le travail effectué, l’année passée, par la Directrice Générale Audrey Sauret
l’a convaincu. « Un inventaire des difficultés a été effectué. Il faut les prendre avec calme et sérénité. J’essaye d’apporter cette méthode du collectif utilisée chez le groupe Octime. »
Maintenant, les liens entre le groupe Octime et l’Élan Béarnais sont cloisonnés. Même si une fierté a gagné ses collaborateurs, le partenariat entre les deux entités n’est pas à l’ordre du jour. « Il n’y a pas d’apport capitalistique du groupe Octime, ni de sponsoring pour le moment. L’association ne se fera que si c’est positif des deux côtés. Il faut juste voir le groupe Octime et l’Élan Béarnais comme deux activités séparées, mais ancrées sur le territoire. »
Le projet pour le club est ambitieux, sans tomber dans l’irréel. Avec deux objectifs : repartir sur des bases saines pour croître et fédérer autour de l’institution blessée. « Elle
doit être respectée et personne n’est au-dessus d’elle. On va la rendre, à nouveau, forte. La tête ne doit pas être baissée face aux problèmes car ce sont des opportunités.
Il faut le voir comme un développement continu de l’entrepreneuriat. »

Groupe Octime
2, Allée de l’innovation, Biron
www.octime.com

Partager :

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Actualités

Mayam, la solution basque idoine pour l’achat en vrac

D'ici 2030, les magasins devront avoir 20 % de leur surface de vente consacrée au vrac. Pour trouver la solution adéquate, il suffit de se tourner vers "Créaluz", la pépinière d'entreprises luzienne. Son nom : Mayam. La start-up a mis au point une application et un QR...

Fondo Ventures veut booster l’univers de la supply chain

Le 1er centre de formation français pour les start-up spécialisées dans la digitalisation de la chaîne d'approvisionnement : voici Fondo Ventures, lancé à Pau, début mai, par Mehdi Jabrane, Frédérique Haliche, Gontran Boizanté et Manon Bouly. Rappelons que le Palois...

Publier
une annonce

S’abonner