Pour murmurer à l’oreille des collaborateurs

Par l’équicoaching, le cheval se révèle être un merveilleux apport dans les relations en entreprise. Sur la région paloise, Adeline Fernandes a allié son expérience des ressources humaines et du monde équestre pour être une référence en la matière.

Améliorer le management a toujours été au coeur de l’entreprise. Il faut juste trouver la bonne clé. Et si c’était l’équicoaching ? « C’est un accompagnement assisté par le cheval sur la connaissance de soi et l’intelligence collective. Cela permet de mesurer l’impact de mon comportement sur les autres », définit Adeline Fernandes, qui pratique cette activité dans les écuries paloises depuis 2022 après un « quart de siècle » dans les ressources humaines.

Pour les non-initiés au monde équestre, l’expérience n’est pas proscrite. Loin de là. « C’est même mieux de ne pas être cavalier », abonde la Béarnaise. « L’équitation, c’est soi face au cheval. L’équicoaching, c’est soi avec le cheval. On réalise des exercices sans toucher l’animal. » Les formations, individuelles ou collectives, durent de quelques heures jusqu’à une journée et demie.

Le cheval, symbole du groupe

Les demandes viennent autant de grandes sociétés que de petites structures. Car le management est un sujet commun. Le cheval est un médiateur puissant. « Il est dans un leadership partagé : l’autorité pour et non l’autorité sur. C’est la force du groupe qui conditionne sa survie. De plus, on partage avec lui un panel d’émotions. Le cheval est un miroir grossissant, mais pas déformant de ce qu’on est. » Dans les sessions, Adeline Fernandes fait de la construction d’équipe. En amont, elle travaille avec l’entreprise sur le cahier des attentes (écoute active, évitement des conflits…). La journée commence par une phase de discussion pour donner le cadre et créer un échange.

Avant de passer, chacun son tour, à la pratique avec le cheval. « Je leur demande d’exercer leur pouvoir d’influence sur diverses actions (Mouvement, Espace, Direction, Allure). Le MEDA amène des savoir-être : assertivité, laisser faire sans procès d’intention, lâcher prise, connaître le moment pour agir. »

Authenticité et adhésion

L’expérience est une recherche pour créer pas à pas la confiance. À l’image du quotidien dans une entreprise. « On souhaite l’adhésion, non la soumission. Le cheval va vous renvoyer à l’importance d’être authentique, donc vulnérable. Cela ne signifie pas se mettre en danger, c’est un appel à construire ensemble de bonnes bases. Le cheval ne fera jamais rien contre vous, mais pour lui. C’est pareil pour un collaborateur. »

L’équicoaching n’est pas un remède miracle mais il permet de toucher du doigt que l’authenticité de la relation vient conditionner la suite. Au final, l’impact est énorme. « Des personnes me disent que le bagage appris équivaut à une semaine de formation car ils l’ont directement éprouvé. » L’idée est finalement bonne.

Adeline Fernandes
albecoaching.com
06 84 97 86 61
adeline@albecoaching.com

Partager :

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Actualités

Mayam, la solution basque idoine pour l’achat en vrac

D'ici 2030, les magasins devront avoir 20 % de leur surface de vente consacrée au vrac. Pour trouver la solution adéquate, il suffit de se tourner vers "Créaluz", la pépinière d'entreprises luzienne. Son nom : Mayam. La start-up a mis au point une application et un QR...

Fondo Ventures veut booster l’univers de la supply chain

Le 1er centre de formation français pour les start-up spécialisées dans la digitalisation de la chaîne d'approvisionnement : voici Fondo Ventures, lancé à Pau, début mai, par Mehdi Jabrane, Frédérique Haliche, Gontran Boizanté et Manon Bouly. Rappelons que le Palois...

Publier
une annonce

S’abonner