Yule, la marque d’Orthez qui débarque la mode dans les grandes surfaces

Dans la spiritualité, Yule est une célébration de la vie et du retour à la lumière. Une signification retrouvée dans la marque du même nom, lancée l’été dernier par l’Orthézien Anthony Moreau qui a fait appel à sa cousine Alizée Dumollard, designer. L’identité est colorée, pleine de gaieté et à l’allure légèrement rock.

« On voulait une marque destinée aux personnes jeunes dans leur tête. On souhaitait également rendre la mode accessible à tous, avec des articles dont le coût ne dépasse pas une trentaine d’euros »,

explique le directeur commercial. Le textile, ça le connaît depuis son enfance. Son grand-père était à la tête de la fameuse maison orthézienne Moreau avant qu’elle ne devienne Alternative, société de 11 salariés gérée par son père.

Puis, Anthony n’en est pas à son coup d’essai : il développe la marque Diplodocus, vendue à l’échelle nationale dans des boutiques de centre-ville, et O’Také pour les férias en supermarchés. Avec Yule, l’homme s’est mis le défi d’amener la mode en grande distribution. « J’avais envie de toucher le maximum de personnes, de leur montrer qu’on peut s’y habiller. » Grâce à son réseau et des agents commerciaux recrutés dans toute la France, Yule a fait une vraie poussée. Elle est désormais présente dans la plupart des régions. La marque sera même dans les catalogues de certains distributeurs.

« On avait démarré doucement avec une petite gamme destinée aux femmes. Les retours ont été positifs, l’oiseau fait son nid », sourit Anthony. Une nouvelle étape a été franchie puisqu’une collection homme et bain est actuellement proposée dans les magasins. La gamme de vêtements est également disponible à la vente sur yule-shop.com.

Yule
yule-shop.com

Partager :

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Actualités

Mayam, la solution basque idoine pour l’achat en vrac

D'ici 2030, les magasins devront avoir 20 % de leur surface de vente consacrée au vrac. Pour trouver la solution adéquate, il suffit de se tourner vers "Créaluz", la pépinière d'entreprises luzienne. Son nom : Mayam. La start-up a mis au point une application et un QR...

Fondo Ventures veut booster l’univers de la supply chain

Le 1er centre de formation français pour les start-up spécialisées dans la digitalisation de la chaîne d'approvisionnement : voici Fondo Ventures, lancé à Pau, début mai, par Mehdi Jabrane, Frédérique Haliche, Gontran Boizanté et Manon Bouly. Rappelons que le Palois...

Publier
une annonce

S’abonner